Ce que les Jeux Olympiques ont signifié pour Kobe Bryant

Pour l’homme qui avait tout pour dominer le basket, les Jeux Olympiques étaient une chance pour lui de se tester dans une nouvelle équipe, de reprendre le statut de nation numéro une, et de transmettre la ‘Mamba mentalité’.

Quand Kobe Bryant a fait ses débuts olympiques en basket à Pékin 2008, il était déjà triple champion NBA, et également le MVP (Most Valuable Player) de la Ligue.

Il était déjà une légende des Los Angeles Lakers, et l’un des sportifs les plus connus des États-Unis, sinon du monde entier.

Mais la principale motivation de l’ailier n’avait rien à voir avec la gloire ou l’argent.

Il voulait tout simplement être le meilleur basketteur de la planète, tester son talent dans un nouvel environnement et représenter son pays.

Après le tragique décès de la légende du basket dans un accident d'hélicoptère, ses démonstrations lors des deux Jeux Olympiques auxquels il a participé ont prouvé qu’il était le joueur et le leader d’équipe ultime. Avant ses débuts olympiques, il répétait même qu’un titre aux Jeux signifiait plus pour lui qu’un sacre en NBA.

La ‘Redeem Team’

L’onde de choc qui a déferlé sur le monde du basket aux Jeux Olympiques d’Athènes 2004, lorsque Team USA a été éliminée par les futurs vainqueurs argentins en demi-finales, raisonne encore aujourd’hui. Une élimination qui se fait sans Kobe.

Ce revers a été vécu comme une humiliation pour les grands favoris de la compétition, autant sur le parquet qu’au pays. Pour Kobe aussi, plus déterminé que jamais à laver l’affront.

Pour dire vrai, le natif de Philadelphie a tout fait pour participer aux JO de Pékin. Il a même décidé de repousser une opération pour un ligament déchiré au doigt.

"Il y avait beaucoup de beauté dans cette défaite, car elle signifie que le jeu que nous aimons grandit… Mais, en même temps, c’était comme si on disait ‘Ok, c’est bien beau, mais maintenant nous voulons récupérer la couronne’", a déclaré Bryant sur la la chaîne YouTube du Comité International Olympique en 2015.

"Pékin 2008 a été l’occasion de reprendre ce que nous avions commencé. Nous étions impatients de récupérer le titre et de nous battre pour la médaille d’or… Pour nous, c’était comme une rédemption".

"C’était quelque chose de très personnelle pour nous de replacer notre pays au sommet. C’est un sentiment différent de jouer pour son pays. Quand on joue en NBA, on joue pour une ville en particulier, mais quand on enfile le maillot de notre pays, ces différences disparaissent. C’est un grand honneur qui va au-delà de la victoire en NBA".

Mais son désir de prendre part aux Jeux ne se résumait pas à une simple vengeance de la défaite de 2004. Il s’agissait aussi de découvrir un nouvel environnement sportif, et de rendre hommage à tous les autres athlètes dans le monde qui ont travaillé si dur pour être là.

"Vous avez les meilleurs du monde dans ce qu’ils font", racontait-il.

"Pour moi, c’est encore plus spécial que d’être à Los Angeles et de voir des célébrités partout, car c’est d’athlète à athlète".

"Je comprends ce qu’ils ont dû faire pour y arriver, il y a donc tant de respect et d’admiration réciproque".

La ‘Mamba Mentality’ de Kobe Bryant

Bryant a joué un rôle clé aux Jeux de Pékin, en scorant 20 points et délivrant 6 passes décisives dans une finale à couteaux tirés remportée par Team USA face à l’Espagne (118-107) pour arracher la médaille d’or.

Mais encore plus que ses talents de basketteur, c’est sa capacité à mener l’équipe et son sens du dévouement qui ont fait la différence.

Lors du premier entraînement de la sélection, alors que les stars établies de la NBA que sont LeBron James, Dwyane Wade, et Carmelo Anthony se mettent en retrait, Bryant se rapproche de son entraineur MikeKrzyzewskipour mieux entendre les consignes qu’il prodigue.

Les réveils matinaux de Bryant font également une forte impression sur le reste de l’équipe, qui le suit pour se rendre au gymnase et s’y entraîner à partir de cinq heures du matin.

"Pour son premier jour d’entraînement, quand l’équipe s’est retrouvée durant l’été, il a donné le ton", raconte alors Jerry Colangelo, président de USA Basketball à Bleacher Report.

"Le ballon était en l’air, il a touché le parquet, et il a plongé pour le récupérer, ce qu’il a fait. Ce n’était que le début".

"Je pense que son expérience olympique a permis aux gens de se faire une opinion différente, un autre point de vue sur Kobe, et je pense que cette expérience a permis à Kobe d’aller de l’avant".

Le chien alpha dans une meute de chiens alphas

Grâce à sa maturité, Bryant a pu s’imposer comme le leader d’une équipe pleine de talent.

"Je pense que pour LeBron, il a profité de Kobe, et inversement", raconte Jason Kidd, le plus vieux membre de cette équipe, à Bleacher Report.

"Je pense que n’importe qui regarde Kobe, il deviendra meilleur. Tout le monde a réalisé une grande saison l’année suivante. Melo, Chris Paul, ces gars ont progressé en étant au contact de Kobe. Tout comme LeBron".

‘Jamais un plus grand guerrier’

En apprenant sa disparition, l’entraîneur olympique de Bryant, Krzyzewski, et son assistant, Jim Boeheim, ont encore un peu plus renforcé l’influence de leur joueur sur l’équipe durant cette période.

"J’ai eu l’immense honneur d’entraîner Kobe lors des Jeux Olympiques 2008 et 2012, et je me rappellerais pour toujours de combien il tenait à représenter son pays de manière exceptionnelle en jouant le jeu qu’il aimait tant", raconte Krzyzewski à Yahoo Sport.

"Il était constamment à la recherche de quelque chose de spécial et il n’y aura jamais de plus grand guerrier dans notre sport".

"Le sport qu’est le basket est meilleur aujourd’hui grâce à Kobe, et il mérite une reconnaissance éternelle pour cela. C’est une perte qui nous dévaste tous".

"Quand il est arrivé le premier jour, il a travaillé deux fois plus dur que tout le monde. Il a appris à tous les jeunes joueurs, LeBron, Carmelo et tous ces mecs : ‘C’est ce que vous devez faire. Vous devez être à la recherche de ça’", poursuit Boeheim.

"Nous avions perdu aux Championnats du Monde un an plus tôt. Et il a montré à tout le monde : c’est ce que vous devez faire. Et nous avons vaincu tout le monde dans ce tournoi, puis nous sommes allés aux Jeux Olympiques et nous avons écrasé tout le monde. Lors des finales, serrées face à l’Espagne, il a pris la balle et fait les actions pour remporter le match".

Les hommages de ses coéquipiers olympiques

Dwayne Wade faisait partie de Team USA qui a perdu face à l’Argentine en 2004, avant de remporter l’or en 2008, et il raconte à  ESPN que Bryant était la référence pour lui.

"Il était un grand leader et un grand champion. Si vous avez eu eu la chance de connaître Kobe, vous savez que personne n’était meilleur. Quand je suis arrivé dans la ligue que je rêvais d’intégrer, je voulais qu’il me respecte, parce que je savais que si j’atteignais ce niveau, alors j’aurais réussi quelque chose".

Carmelo Anthony, qui s’est rapproché de Bryant après avoir évolué à ses côtés lors des Jeux 2008 et 2012, a salué le lien qui les unissait, et qui va bien au-delà du sport, comme il le confirme à USA Today.

"Notre amitié et notre relation allaient plus loin que le basket", déclare Anthony. "Il faisait partie de la famille. C’était de l’amitié. Le basket était le dernier morceau qui nous connectait tous les deux".

Le ‘plus grand ambassadeur américain sur la planète’

Bob Condron, ancien directeur des services et des opérations médiatiques du Comité Olympique des États-Unis, a vu de ses propres yeux ‘la fièvre Kobe’ et ses effets sur le monde aux Jeux Olympiques.

"C’était un voyage en bus par une matinée humide à Pékin, en août 2008", se souvient Condron. "L’équipe olympique US de basket se rendait à l’entraînement. Les 12 meilleurs joueurs de basket au monde, écouteurs aux oreilles, et le staff regardaient la route à l’extérieur, avec ses merveilles et ses intrigues, tous étaient prêts à représenter notre pays sur la plus grande scène sportive possible. Le coach Mike Krzyzewski était assis derrière le chauffeur, il passait en revue sa journée et pensait à ce qu’il faudrait pour que toutes ces personnalités et ces talents se rassemblent durant 17 jours pour remporter les Jeux Olympiques. Sur sa droite, à côté de la fenêtre, Kobe Bryant était là, et lui a réussi à rassembler tout le monde. Il portait la tenue de l’équipe US de basket, avec les cinq anneaux olympiques. Représenter son pays était important pour lui. ‘Quelle est notre mission coach aujourd’hui’, a-t-il demandé à l’homme à sa gauche. Kobe ne voulait pas seulement inscrire des paniers, il voulait être impliqué pour rendre son équipe meilleure. Il avait besoin de connaître ces détails, car tous les détails comptent si vous voulez devenir un grand de ce sport".

"Il était toujours le premier à descendre du bus pour s’entraîner. Une fois, il a regardé à sa gauche et a vu quelque chose qui l’a étonné. À cette heure matinale, il y avait une dizaine de Chinoises assez âgées, qui voulaient voir l’équipe de basket américaine. Il est allé les voir pour leur dire bonjour. Leur sourire et rendre leurs vies un peu plus radieuses. C’est qu’il faisait chaque jour", raconte-t-il dans un hommage à Bryant.

"Et une fois à l’intérieur, les joueurs se sont échauffés, ont commencé à faire trembler les filets… Et un quart d’heure plus tard, ils devaient rencontrer les médias. J’ai pu voir quelque chose que je n’avais jamais vu dans le sport. Alors que les médias du monde entier étaient présents, ils espéraient tous avoir un mot de Kobe".

"Il a donné trois interviews dans trois langues différentes à des télés italienne, espagnole et américaine. Personne ne s’attendait à ça, mais en une session de 10 minutes, Kobe a parlé à 25 millions de téléspectateurs dans leur propre langue".

"Et puis il y a eu la Cérémonie d’Ouverture. L’équipe US se rassemblait pour la cérémonie dans la salle de gymnastique, prête à faire un tour de 800 mètres pour arriver au Nid d’Oiseau pour rentrer dans le stade devant plus d’un milliard de téléspectateurs autour du monde".

"Sur le chemin, les yeux de ces athlètes du monde entier se sont ouverts en voyant Kobe. Des athlètes de République Dominicaine, des handballeurs croates, des gymnastes russes, des escrimeurs danois… Tous ont été galvanisés par la fièvre Kobe. Ils voulaient une tape dans le dos, prendre une photo, ou juste dire bonjour au basketteur le plus connu de la planète. Et il s’est arrêté à chaque occasion, pour donner une poignée de main, à chaque ‘salut Kobe’ criait dans sa direction. À ce moment, c’était le plus grand ambassadeur américain au monde".

Son engagement olympique

Même à la retraite, Kobe a conservé des liens étroits avec le mouvement olympique.

Il a participé aux épreuves olympiques US 2016 de la gymnastique féminine, et il a aider à lever des fonds pour la fondation de Team USA en Natation, alors qu’il a également joué un rôle dans la nomination de Los Angeles pour organiser les Jeux Olympiques 2028.

Vous avez aimé cette histoire ? Partagez-la avec vos amis !